La Guadeloupe, ça ne m’emballait pas (tu noteras l’emploi de l’imparfait). Je ne saurais pas t’expliquer concrètement pourquoi, mais j’imagine que nous avons tous en tête des destinations qui nous font vraiment rêver.

La Polynésie Française, la Tanzanie, l’Irlande, le Pérou, le Sri Lanka, le Guatemala… Là, je dis oui.

Mais alors la Guadeloupe… Na-da. Le néant émotionnel. Ça ne m’évoquait rien, mais en même temps, ça me semblait très familier… Du coup, je ne l’envisageais pas trop comme une destination où investir à court terme.

Quoiqu’il en soit, pour de multiples raisons (la plage, la plage, le soleil (et le budget, hein, sinon je te parlerais de Bora Bora en ce moment)), on a décidé de tenter l’expérience.

Et l’expérience s’est avérée tellement réussie, que j’ai décidé de t’en parler ici.

Ce petit carnet de voyage sur la Guadeloupe s’organisera en deux parties :

  • Infos utiles + Grande Terre
  • Basse Terre + les Saintes

Aujourd’hui, je te livre donc quelques généralités qui pourront te servir pour organiser ton voyage et mon retour d’expérience sur Grande Terre.

INFOS UTILES

On est partis avec Air Caraïbes un petit matin de mai, en Airbus A-350, pour un aller qui s’est déroulé globalement correctement (en prenant en considération le niveau de confort moyen généralement proposé par les compagnies aériennes en classe économique). En revanche, le retour en A-330 s’est avéré un peu moins sympathique. La gentillesse de l’équipage n’a pas suffi à nous faire oublier la promiscuité des sièges qui a d’ailleurs éveillé quelques tensions entre certains passagers…

Sur place, si vous souhaitez vraiment optimiser votre séjour et voir un maximum de choses, je vous conseille vivement de louer une voiture. Si vous ne comptez pas sortir de votre Resort all inclusive, c’est autre chose.

Le mois de mai correspond, grosso modo, au début de la basse saison touristique en Guadeloupe. On savait que les hébergements ne seraient pas saturés, alors on a décidé de ne réserver que les premières nuits pour pouvoir décider une fois sur place des endroits où l’on aurait davantage envie de rester. Et on a très bien fait !  En haute saison, je vous conseille quand même de réserver avant de partir. Le romantisme d’une semaine passée sous une tente sur la plage a ses limites.

Grande Terre ou Basse Terre, tout est une question de caractère ! Avant d’arriver, ce que j’avais pu lire ou entendre m’avait laissé penser que Grande Terre était globalement la meilleure partie de l’ile (pour son climat et ses plages notamment). Sur place je suis littéralement tombée amoureuse de Basse Terre, plus sauvage, et c’est d’ailleurs là que nous avons finalement passé le plus de temps (plage incluses).


GRANDE TERRE

Nous avions réservé les 5 premières nuits à la Résidence de l’Anse des Rochers, un ancien hôtel revendu à des particuliers, situé à Saint François. Ce sont des appartements/studios que l’on peut louer à l’intérieur d’une résidence surveillée qui dispose de sa plage privée et d’une piscine gigantesque (la plus grande de Guadeloupe !). À l’exception d’un petit camion-snack ambulant (qui fait du très bon poulet pané), il n’y a pas de restaurant à proximité de la résidence. Même si l’on sent que les lieux ont connu des jours plus éclatants, la résidence reste entretenue. Tout au long de la journée, on peut observer le ballet incessant des pélicans qui viennent pécher tout près de la côte qui longe la piscine.

pelicans guadeloupepelicans-guadeloupe

LES PLAGES

La plage du bourg de Saint-Anne [coup de ♥]

C’est la plage la plus sympa testée sur Grande Terre. Plage familiale avec une chouette ambiance. Le dénivelé dans l’eau est faible et la barrière de corail bloque les vagues. Le petit plus, la présence d’arbres sous lesquels poser sa serviette si l’on ne veut pas bruler vif au soleil. Une eau turquoise, des marchands de glaces à la noix de coco, du sable blanc… What else ?

plage-saint-anne plage-saint-anne

La plage de la Caravelle

C’est la plage du Club-Med. Si on considère le nombre de personnes qui s’y trouvait, j’ai la sensation que c’est une plage qui plait… Nous, on aspire généralement à plus de tranquillité, du coup on n’a pas trop eu les vibes.

La plage du souffleur à Port Louis

J’ai adoré la plage de Port Louis. Attention cependant aux rochers et aux oursins dans l’eau (partie gauche de la plage). Une zone de baignade est délimitée par des bouées et elle est nickel.

port-louis-plage-guadeloupe

La plage de Bois Jolan

C’est un bain. Un bain chaud. À Bois Jolan, on sortait de l’eau pour se rafraichir (et la température extérieure avoisinait les 30 degrés en permanence). Concrètement, tu as 40cm d’eau sur 200m au large qui chauffe sous un soleil de plomb. Une plage pour les grands frileux.

palmier-bois-jolan

La plage de l’Anse à la Gourde

On est tombés sur cette plage en revenant de la pointe des châteaux et c’était plutôt pas mal. Elle était quasi déserte, sable doux, dénivelé moyen, température de l’eau parfaite ! Peu, voire, aucune zone d’ombre, donc quand ça tape, ça tape. Si elle n’était pas aussi excentrée on y serait probablement retournés.

anse-la-gourde

La plage de la résidence Anse des Rochers

La plage de notre première baignade lors de notre arrivée en Guadeloupe. Une petite plage toute mignonne où on finissait nos longues journée d’excursion en regardant le soleil se coucher.

LES VISITES

La pointe des châteaux

Pour les amoureux des grands espaces et des paysages à couper le souffle, partez à la découverte de cette péninsule de 11km de long qui s’étend de la plage de la coulée jusqu’à la croix de la pointe des colibris. Rafraîchissant.

pointe-des-chateaux pointe-des-chateaux pointe-des-chateaux pointe-des-chateaux pointe-des-chateaux

La porte d’enfer

Les hautes falaises sauvages de ce petit coin de Grande Terre près du Moule sont absolument magnifiques. C’est encore plus joli sous la lumière dorée d’une fin de journée ensoleillée. À ne pas confondre avec la Porte d’enfer, située au nord de l’île.

porte-enfer porte-enfer porte-enfer

Petit canal

En revenant de Port Louis, nous avons fait un crochet par Petit Canal, un lieu de mémoire chargé d’histoire. On peut notamment y voir les marches aux esclaves, un escalier de 49 marches en pierre de taille édifié par les esclaves au moment de l’abolition de l’esclavage. L’escalier mène à l’esplanade où ils étaient vendus à leur descente de bateaux. L’ascension des marches ne laisse pas indifférent. Les noms des différentes ethnies africaines qui les ont gravies ont été gravés sur des plaques et apposé sur les blocs de pierre qui bordent l’escalier. En bas des marches, on y trouve le buste de Louis Delgrés, symbole de la lutte pour la liberté. 

Le marché artisanal de Saint-Anne

Un petit marché sympathique que nous avons été contents de visiter en fin de séjour. Notamment parce que nous avions eu le temps de nous faire une idée globale des prix pratiqués et qu’il est clair que ce n’est pas au marché de Saint- Anne que nous avons fait des affaires. Je crois que même à l’aéroport les souvenirs coutaient moins chers !

LES BONNES ADRESSES

Les pieds dans l’eau [COUP DE ♥]

Les pieds dans l’eau, c’est une vue de folie, une cuisine généreuse et divinement bonne, une ambiance conviviale et intergénérationnelle où l’apéro commence juste après le déjeuner au bar où Charly anime les conversations et te fait déguster de super cocktails maison. À tester absolument !

Jungle bEACH

À deux pas du Casino du Gosier, le Jungle Beach propose de composer soi même sa propre assiette à partir d’une sélection de brochettes, tapas, nouilles, frites de patate douce… Les plats sont copieux, l’accueil franchement sympathique et le fond musical bien choisi ! Ah oui, et puis on se régale aussi !

Kaz à Fanfan

La Kaz à Fanfan, c’est une baraque à sandwich en bord de plage à Saint Anne. Le genre de service décontracté/familier qu’on aime ou qu’on déteste, et bien qu’il ne restait que peu de choix et que le service a été relativement long pour des sandwichs… Ils étaient bons et la personnalité et le naturel de Fanfan nous a beaucoup plu !

Le Poivrier

Le poivrier, c’était pas mal. Un peu trop de chichi à mon goût pour une cuisine qui tout en restant bonne ne m’a pas transportée plus que ça. Le genre de restaurant gastronomique avec des petites sauces, un service soigné et plein de touristes. Les prix sont un peu plus élevés. Mention spéciale au le trio de mousses au chocolat, sans lui je ne suis pas certaine que le resto figurerait dans les bonnes adresses.

Et voilà, la première partie de ce duo d’articles dédiés à la Guadeloupe touche à sa fin. Je reviens très vite te parler de Basse Terre et des Saintes à grand renfort de photos !

À bientôt !

xoxo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *